Les résidences d’auteurs à l’heure des territoires

La présence d’un auteur sur un territoire est toujours une gageure. C’est le pari de la qualité, celui de l’irrigation locale, du lien avec les opérateurs culturels comme avec le public. La puissance publique porte un regard très positif sur la question des résidences que ce soit le Ministère de la Culture ou le Centre national du livre. Ce dernier déploie d’ailleurs des aides qui prennent la forme de crédits de résidence. Et, la politique nationale du livre et de la lecture, impulsée par le Ministère, est mise en oeuvre localement par les directions régionales des affaires culturelles (Dracs), services déconcentrés. Dans les territoires, les DRAC sont particulièrement attachées au soutien à la création littéraire. Toutefois, si elles appliquent une politique, elles n’ont pas vocation à se substituer aux opérateurs culturels. Les Dracs ont pour vocation de soutenir les structures culturelles portant des lieux de résidence. Les lieux soutenus ont vocation à être pérennisés. L’attachement à cette politique se traduit dans les moyens financiers qui sont allés croissant dans ce domaine sur les dix dernières années. En outre, le développement de la politique nationale d’éducation artistique et culturelle place les résidences dans leur ensemble comme un outil majeur de médiation culturelle, en particulier les résidences d’auteur. Et, cette politique a permis de démultiplier encore ces dispositifs depuis 2013.

Aussi, les résidences d’auteurs – véritable atout de développement culturel – constituent pour les Dracs un outil de premier plan pour assurer le développement de la création littéraire, de la vie littéraire et par extension du goût de lire.

Le lien au territoire

Il s’agit d’un enjeu essentiel dans la conduite des politiques publiques culturelles en région. Le rôle des Dracs est bien d’adapter les différents axes des politiques culturelles nationales au contexte et aux enjeux locaux. Et, le développement de résidences d’auteurs n’échappe pas à cette règle. L’irrigation des territoires passe par le développement d’une stratégie régionale. En région Paca, le choix s’est porté sur la nécessité de développer un réseau régional de résidences et, également, de s’appuyer sur un opérateur régional d’envergure, La Marelle. Chaque département dispose au moins d’un lieu d’accueil porté par une association, une collectivité ou collectivement. Le département des Bouches-du-Rhône concentre le plus grand nombre des lieux. Le réseau fait l’objet d’un portage assuré par la Drac et la Région et de temps d’animation conduit par l’Agence régionale pour le livre. Les lieux déploient des projets thématiquement très divers et sont encouragés en ce sens afin de toucher l’ensemble des champs de la création littéraire. Cela est d’ailleurs un enjeu fort.

Le lien au territoire passe également par le développement de partenariats locaux étendus. Et, les projets soutenus le sont en ce sens afin d’irriguer en profondeur les territoires et de toucher les publics les plus nombreux possibles ; cela se produit bien évidemment pour les résidences comportant un volet de diffusion étoffé. Il paraît évident d’apporter la plus grande attention aux lieux réussissant à développer un projet de territoire le plus divers s’appuyant notamment en sus des établissements scolaires, sur le tissu associatif local, les bibliothèques, les librairies ainsi que les autres opérateurs culturels (théâtre, cinéma, Smac, etc.) en fonction du thème de la résidence. Certains projets peuvent avoir un écho plus large encore, notamment au plan départemental lorsque les bibliothèques départementales constituent un partenaire de premier plan ou bien lorsqu’elles assurent elles-mêmes le portage de la résidence.

Soutenir l’amont de la chaîne du livre – les résidences

Du point de vue de la puissance publique, l’accompagnement des auteurs passe par les conseils délivrés par les centres régionaux pour le livre, par les conseillers livre en Drac, en dehors même du rôle de sélection assuré par les éditeurs. Au-delà du conseil, la puissance publique peut apporter des soutiens financiers. Cela passe, pour les auteurs confirmés, par l’ensemble des dispositifs de soutien du CNL (bourse de résidence, bourse aux auteurs et bourse Cioran). Ces aides permettent soit d’accompagner un auteur uniquement dans son travail d’écriture (bourses aux auteurs), soit de verser des crédits de résidence. Dans ce cas précis, la question du lieu, de la qualité de l’accueil, du projet de la structure d’accueil comme du projet de médiation est posée. Le Ministère de la Culture, quant à lui, au-delà des soutiens du CNL, développe des soutien, en région, au travers des Dracs. Et, souvent, les aides proposées viennent aider des auteurs qui ne sont pas confirmés. On parle alors de soutien à l’émergence. La distinction n’est pas aussi nette. Néanmoins, les subventions en région pour porter des résidences ont bien souvent pour vocation de mettre le pied à l’étrier pour des auteurs publiés, mais ne vivant pas ou très difficilement de leur plume. L’équilibre des soutiens est capital. Les bourses de résidence du CNL sont destinés exclusivement aux auteurs, la structure de résidence déposant le dossier devant disposer, par ailleurs, de crédits de fonctionnement suffisants afin de proposer un accueil de qualité aux auteurs. Ces moyens en fonctionnement sont amenés, en partie par les Dracs. De plus, elles attribuent des subventions qui viennent remplacer les bourses du CNL quand les auteurs reçus ne sont pas éligibles ou dans le cas d’une aide à l’émergence.

Choisir ou éviter la commande

Les opérateurs portant des lieux de résidence ont généralement un projet très structuré ; ils sont repérés et disposent le plus souvent d’un public captif et de réseaux de diffusion efficaces. Et, le rôle de la puissance publique, si elle adhère au projet porté par l’opérateur, reste de veiller à la diversité des propositions littéraires soutenues ainsi qu’à une sélection des auteurs la plus impartiale possible. Discriminer est un exercice délicat, qui est loin d’être évident. En ce sens, les Dracs sont très attachées au recours aux appels à projets. Ces derniers permettent de sélectionner un auteur avec le maximum d’impartialité et de provoquer la rencontre la plus juste entre un auteur et le projet d’un lieu. Ils sont assortis d’une description fine du projet porté par le lieu de résidence. Et ils s’appuient sur des critères de sélection précis. Le plus souvent, la volonté des porteurs de lieu de résidence est d’offrir les meilleures conditions pour créer. Toutefois, la majorité des projets auxquels un soutien est accordé, comporte un volet de diffusion. Et, l’équilibre entre ces deux parties tient le plus souvent dans l’adéquation entre le projet de l’auteur et celui du lieu de résidence. Lors d’un jury, ce point devient celui de la cristallisation du choix.

Sans appel à projets ou à candidatures et sans jury de sélection, le recours à un auteur relèvera plutôt du choix personnel ou bien encore du travail de commande. Cela n’est alors plus du ressort de la puissance publique. Car, on entre là dans un autre champ.

Financer – croiser

Pour un auteur, une résidence correctement rémunérée – le montant d’un mois de bourse du CNL étant de 2000 euros chargés – peut représenter une respiration, un moment permettant d’initier ou de clore un projet d’écriture. Toutefois, assurer le financement du lieu de résidence comme de la bourse destinée à l’auteur n’est jamais un acte isolé. Si la loi NOTR a rappelé que la culture demeurait une compétence partagée entre tous les échelons administratifs, c’est bien pour permettre le maintien des financements croisés. Sans ces derniers, le portage des projets culturels par les collectivités ou le secteur associatif deviendrait fort délicat. Le financement des résidences s’inscrit dans ce cadre national et permet de maintenir un réseau d’opérateurs étoffé. Cela contribue à apporter aux auteurs de nécessaires compléments de revenu.

Développer un réseau de résidence a ainsi permis en région Paca de mobiliser depuis 2010 près de 350 000 euros destinés aux financements des lieux de résidence comme des bourses. Un cercle vertueux s’est engagé. De fait, le conseil régional Paca contribue également au financement des résidences et a modifié en ce sens ses cadres d’intervention à la fin de l’année 2017. Au-delà, les opérateurs ont réussi à mobiliser des crédits auprès des autres collectivités. L’action de l’État a donc eu un effet levier démultiplicateur.

Il convient d’ajouter le réel rôle que joue le mécénat. L’ensemble des porteurs de résidence ont recours aux financements privés. Il s’agit désormais d’un tiers acteur essentiel.

Créer

Cette question est bien sûr capitale. Un lieu de résidence n’est pas une thébaïde. L’auteur ne doit pas échapper à l’environnement dans lequel se déroule la résidence. Il doit participer à la vie culturelle locale sur son temps de présence. Toutefois, l’équilibre entre temps de création et temps de diffusion relève de la gageure. Proposer un lieu de résidence tient avant tout dans le fait d’offrir des conditions idéales pour l’inspiration et le travail d’écriture. Ce point est parfois trop souvent négligé par les porteurs de projet. La question de la qualité du logement revient régulièrement. Le rôle des Dracs est lors de conseiller les porteurs de projet, voire de faire le lien avec les collectivités ou certains opérateurs culturels afin de faire émerger des lieux de résidence pérennes et de qualité. Ainsi, en 2018, dans le cadre du développement d’un projet de résidence d’auteur-illustrateur pour la jeunesse dans la vallée de l’Ubaye, la commune de Barcelonnette a ainsi fait le choix de réhabiliter un logement afin de garantir des conditions d’accueil durables et de qualité. Sans cela, le porteur de projet aurait eu recours au parc de logements privés, en location. Cela ne permet pas d’assurer une quiétude suffisante.

Créer repose sur des conditions matérielles fines, qui dépendent également du tempérament de chaque auteur.

Diffuser et irriguer

Il en va de même pour la relation aux publics. Car les moments de création sont entrecoupés par des temps de médiation. Cela suppose de la part de l’auteur une réelle capacité à communiquer, échanger et partager sur son propre travail de création. Les formes de médiation à construire vont de pair avec les compétences de l’auteur choisi, son empathie, etc.

Par conséquent, chaque projet de résidence varie en fonction de l’auteur accueilli. Le réseau des partenaires de la structure d’accueil répondra de façon différente, les publics captifs ou non feront de même. En effet, les temps de diffusion sont systématiquement à discuter et prévoir en amont de la résidence afin que l’auteur sache les différents publics qu’il va rencontrer, la façon dont il va échanger ou présenter son travail. L’exemple très simple des ateliers d’écriture le montre très bien. Un auteur n’est pas nécessairement un bon animateur d’ateliers d’écriture, la réciproque étant vraie. L’animation d’ateliers d’écriture repose d’ailleurs sur des formations spécifiques. Des DU existent pour ce faire, sans exclusive.

La construction conjointe des formes de médiation demeure l’unique garantie d’une résidence réussie.

Les résidences d’écriture constituent ainsi un levier essentiel de lien avec les publics comme de soutien de la création littéraire. Et les financements publics y contribuent largement.

livbibnum

Conseiller livre et lecture en DRAC PACA Professeur associé - IUT d'Aix-Marseille/Info-com/Option métiers du livre.

More Posts

Follow Me:
Facebook


livbibnum

Conseiller livre et lecture en DRAC PACA Professeur associé - IUT d'Aix-Marseille/Info-com/Option métiers du livre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search